Evaluation Report

RDC — Nord Kivu: Suivi des urgences #100 (13 - 14 juin 2022)

Depuis les 12 et 13 juin 2022, les combats entre les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les ex-rebelles présumés du M23 ont repris à Chanzu dans les trois localités de Bigega (situées à 7 km au sud-est de la ville de Bunagana), à Chanzu, Rubona, toutes dans le groupement de Jomba, et dans la localité de Bikenge dans le groupement de Kisigari, toutes situées dans la chefferie de Bwisha, dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu. Deux jours plus tôt, le vendredi 10 juin 2022, des affrontements entre des combattants présumés ex-rebelles du M23 et les FARDC ont également eu lieu, au cours desquels des infrastructures et des civils ont été touchés. Ces affrontements en cours ont provoqué le déplacement d'environ 18 000 personnes de Bunagana vers l'Ouganda, composées d'anciens déplacés internes et de retournés, ainsi qu'un nouveau déplacement interne de 9 771 personnes dans la chefferie de Bwisha, dans le territoire de Rutshuru. Près de la moitié des déplacés ont trouvé refuge dans 19 centres collectifs, tandis que l'autre moitié (la majorité) est hébergée dans des familles d'accueil dans les groupes de Busanza, Kisigari et Bukoma, dans la chefferie de Bwisha, dans le territoire de Rutshuru.
 

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int

RDC — Nord Kivu: Suivi des urgences #99 (26 mai - 2 juin 202)

Depuis le 19 mai 2022, des affrontements importants ont été signalés entre les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et des combattants présumés ex-M23 dans les villages de Bugusa, Bunagana, Chanzu, Cheya, Kabonero, Kisiza, et Runyonyi dans le groupement de Jomba, et dans les villages Kabya, Kanombe, Kisiza, Nyesisi, et Rumangabo dans le groupement de Kisigari, tous dans la chefferie de Bwisha dans le territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu. La majorité de la population de ces villages s'est réfugiée dans les villages de Buzito, Kinoni, Kabingo, Mabungo, Nyongera (Kiwanja), Rubavu, Rutshuru Centre dans le groupement de Busanza, et Bukoma, dans la chefferie de Bwisha, territoire de Rutshuru, tandis que d'autres se sont rendus dans les villages de Rumangabo Centre, Rugari Centre, Katalie, Biruma, Kalengera, et Rubari dans les groupements de Kisigari et Rugari. D'autres sont allés à Rushege/Tongo Centre dans le groupement de Tongo, Chefferie de Bwisha, dans le territoire de Rutshuru au Nord Kivu. Depuis le 22 mai, les déplacés sont accueillis dans des centres collectifs (églises et écoles), et par la communauté d'accueil (familles d'accueil). Le 2 juin 2022, des mouvements de retour ont été observés avec une tendance significative dans les centres collectifs, avec 15 centres vidés de leur population pendant l'évaluation. Ces mouvements de retour feront l'objet d'une évaluation ultérieure.

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int

RDC — Sud Kivu: Suivi des urgences #97 (6 mai– 9 mai 2022)

Le 12 avril 2022, des affrontements ont eu lieu entre les milices Maimai Kifuwafuwa en alliance avec l’un des deux chefs coutumiers qui se disputent le pouvoir dans le village de Malembe, dans le groupement de WaloaLoanda, dans le secteur de Wanyanga de la chefferie de Buhavu du territoire de Walikale dans la province du Nord-Kivu. Ces affrontements ont occasionné un déplacement massif de la population de cette zone de départ estimée à 3 208 individus représentant 590 ménages, vers les villages d’ Hombo Sud, Irangi, Kabenga 1, Kabenga 2, Mashere et Mukowa , tous dans le groupement de Kalima dans la chefferie de Buhavu, dans le territoire de Kalehe, de la province du Sud – Kivu. Des dégâts majeurs ont été enregistrés dans la zone de départ tels que les pillages des biens matériel et de bétail, des pertes en vies humaines et la destruction de plusieurs maisons par incendie.

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int

RDC — Nord Kivu: Suivi des urgences #95 ( 06 mai - 11 mai 2022)

Du 23 au 28 avril 2022, des affrontements entre deux factions de groupes rebelles Collectif des mouvements pour les Changement (CMC) et Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) ont entraîné d'importants mouvements de population en provenance des villages de Buuma, Faringa, Ishola, Kiyeye, Linga, Mubirubiru, Musinga, Nyarubande, Nyabitega, Uchanataka, et Camp Salama, tous situés dans le groupement de Kihondo, chefferie de Bwito, dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu. La majorité de la population, soit 637 ménages, 3 187 individus affectés par cette crise a rejoint les familles d'accueils dans la cité de Nyanzale, dans le groupement de Mutanda, de la chefferie de Bwito, du territoire de Rutshuru, au Nord Kivu.

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int

RDC — Sud Kivu: Suivi des urgences #96 ( 10 mai – 14 mai 2022)

LLe 8 Mai 2022, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) sont intervenus suite à des pillages répétés par les rebelles Mai Mai Maachano dans les villages de Kiyali, Kindobondobo et Miko dans le groupement de Ufamando, dans la cheffereie de Bahunde, dans le territoire de Masisi de la province du Nord-Kivu. Ces affrontements ont provoqué un déplacement de la population estimée à 2 730 ménages soit 11 056 personnes qui a fui vers les villages de Batayo, Bundje, Bushugulu, Kisha, and Kusisa tous dans le groupement de Ziralo, chefferie de Buhavu, dans le territoire de Kalehe, de la province du Sud-Kivu. Ces incidents ont aggravé la situation humanitaire dans plusieurs localités et groupements du territoire de Kalehe, de la province du Sud-Kivu. Des incendies de maisons, des pertes en vies humaines et des pillages de plusieurs bien de valeurs ont été enregistrés par la population déplacée qui jusqu’à présent n’a reçu aucune assistance humanitaire

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int

RDC — Nord Kivu: Suivi des urgences #98 (25 mai- 26 mai 2022)

Depuis le 19 mai 2022, vers 14h00, des affrontements entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et des combattants présumés de l'ex-rébellion du M23 ont eu lieu dans les villages de Nyarubara (Kamira) et Runyoni, dans le groupement de Jomba, dans la partie sud-est du territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu. Ces affrontements se sont poursuivis et étendus vers la colline de Tchanzu, située dans le même groupement, dans la matinée du 22 mai 2022. Le 25 mai 2022, cette situation s'est répandue simultanément dans plusieurs localités du groupement de Kibumba, situé à 25 km de la ville de Goma, dans la chefferie de Bukumu, territoire de Nyiragongo, province du Nord-Kivu, provoquant d'importants mouvements de population dans le territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu. La plupart des personnes déplacées, principalement dans la chefferie de Bukumu, à environ 8 km de Goma, ont été hébergées dans 18 centres collectifs, et d'autres sont accueillies par des familles d'accueil dans les groupements de Kibati, Buvira, et Munigi dans le territoire de Nyiragongo. Un autre mouvement résultant de ces affrontements serait en cours à Rutshuru et fait l'objet d'une évaluation par les équipes de DTM en vue d'une publication ultérieure.

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int

RDC — Sud Kivu: Suivi des urgences # 85 (9 février- 21 février 2022)

Du 17 au 19 Janvier 2022, il a été rapporté des affrontements entre les présumés membre du groupe armé IMBONERAKURE, réputés proches des Forces de Défense du Burundi et les milices RED TABERA d’origine burundaise dans les villages de RUBUGA, KANGOVU, KITOGA, RUDEFU et MWITI, du groupement de KIGOMA, en chefferie de BAFULIRO et dans les villages de MARIMBA et MASANGO, groupement de BIJOMBO, en chefferie de BAVIRA, territoire d’UVIRA, province du SUDKIVU. L’objectif des IMBONERAKURE est de démanteler les RED TABERA qui stationnent sur le long de la frontière entre le Burundi et la République Démocratique du Congo (RDC). Ces affrontements ont occasionné le déplacement massif de populations estimées à 3 277 individus déplacés. Les familles déplacées ont trouvé refuge dans le site de déplacement de MIKENGE, érigé près de la base de la MONUSCO dans les villages de KIPUPU et KITIBINGI, en groupement de BASIMUKINJI 2, secteur d’ITOMBWE, en territoire de MWENGA, province du SUD KIVU.

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int

RDC — Tanganyika: Suivi des urgences #94 (12-17 Mai 2021)

L’évaluation rapide de l’OIM (Emergency Tracking Tool, ETT) est un outil mis en place dans le but de collecter des informations sur les mouvements importants et soudains de populations. Ces informations sont collectées à la suite de visites sur le terrain et/ou d’entretiens téléphoniques avec les informateurs clés des sites de déplacement ou des communautés d’accueil. D’autres informations sont ensuite recueillies et analysées à partir des outils d’Evaluation Rapide Multisectorielle (ERM). Ce rapport présente les résultats de l'évaluation menée à la fois sur le terrain et à travers des entretiens téléphoniques avec des informateurs clés du 12 au 17 mai 2022.

Depuis le 10 mai, des affrontements entre des milices Twa et des groupes de jeunes Bantous se réclamant d'une force d'autodéfense ont été signalés dans trois villages identifiés comme sites d'exploitation artisanale de l'or dans le groupement Rutuku, chefferie de Tumbwe, territoire de Kalemie, province du Tanganyika.  Ces trois villages, Mala, Katolo et Musipi, ont été complètement incendiés au moment de ces exactions. Suite à cet événement, plus récemment le 14 - 15 mai, les villages de Mulembwe, Mpemba, Kawama et Katombo, ont été vidés d'environ 90 % de leur population. Par ailleurs, dans le cadre de mouvements préventifs contre une nouvelle attaque annoncée par la milice Twa sur l'axe Moba - Kalemie, les sites de Likasi, Kisalaba et Mwaka sous la coordination de l'OIM se vident progressivement. La population, estimée à 25 197 individus en quête de protection et de sécurité, a fui sur deux axes : la majorité au nord, vers la ville de Kalemie et au sud dans les villages de Kyempele, Kanoya, Tumbwe et dans les villages de Kawama et Pungwe, tous situés dans la chefferie de Tumbwe. 

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int

RDC — Nord Kivu: Suivi des urgences #93 (09 – 15 Mai 2022)

L’évaluation rapide de l’OIM (Emergency Tracking Tool, ETT) est un outil mis en place dans le but de collecter des informations sur les mouvements importants et soudains de populations. Ces informations sont collectées à la suite de visites sur le terrain et/ou d’entretiens téléphoniques avec les informateurs clés des sites de déplacement ou des communautés d’accueil. D’autres informations sont ensuite recueillies et analysées à partir des outils d’évaluation rapide multisectorielle (ERM). Ce rapport présente les résultats de l’évaluation menée sur le terrain le 09 mai 2022 dans le site de Djaiba dans le territoire de Djugu.

Dans la nuit du 9 mai 2022, une incursion attribuée à des éléments de la milice CODECO a été signalée dans le site de déplacement de Lodha, dans le territoire de Djugu, dans la province de l'Ituri. Cette milice serait originaire de la localité d'AR', dans le groupement de Fataki. Cette incursion a provoqué un déplacement massif de la population vivant dans le site de déplacement de Lodha, vers le site voisin de Djaiba, situé à quelques kilomètres du camp de la MONUSCO dans le village de Laybo, dans le groupement de Djaiba, dans le territoire de Djugu. Suite aux interventions de l'armée congolaise FARDC et des casques bleus népalais de la MONUSCO, il a été constaté, le 12 mai 2022, que la majorité des personnes déplacées accueillies dans le site de Djaiba ont regagné leur site d'origine (Lodha), et que seuls 130 Ménages d'environ 700 Individus sont encore présents dans le site de Djaiba répartis dans différents Blocs.

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int

Iraq — Return Index: Returns in Iraq: 2021 Overview - December 2020 (round 11) to December 2021 (round 14)

The Return Index is a tool designed to measure the severity of condi- tions in locations of return. The Return Index is based on 16 indicators divided into two scales: Scale 1, on livelihoods and basic services, and Scale 2, centered around social cohesion and safety perceptions. A regression model is used to assess the impact of each of the indica- tors in facilitating or preventing returns. The index ranges from 0 (all essential conditions for return are met) to 100 (no essential condi- tions for return are met). Higher scores denote more severe living conditions for returnees. The scores of the severity index are grouped into three categories: low, medium and high (which also includes very high). Refer to the “Methodological Overview” for more details on the methodology.

The Returns in Iraq: 2021 Overview provides an analysis of returns across the country. The first section of this report presents an overview of returns in 2021. The second considers conditions for returnees across all governorates of return at the end of 2021 and examines the relationship between the rate of return and the severity of those conditions. The third section outlines the areas of no return and newly assessed locations recorded by IOM’s Rapid Assessment and Response Teams (RARTs), and the returnee population living in critical shelters. The final section presents a more granular analysis of the factors driving severity in subdistricts of return which are designated as ‘hotspots’, and how these factors changed between December 2020 and December 2021.