Round 1
Oct 01 2018
1,600
IDP Population

Since 2018, Burkina Faso has been faced with an increasing number of attacks by extremist groups as well as intercommunal tensions that have degenerated into violent attacks, displacing people across different regions of the country. At the same time, the resurgence of violence in Mali's central strip, in the form of a cycle of retaliations linked to clashes between pastoralists and farmers, has forced thousands of people to flee the country and settle in the northern region of Burkina Faso. In response to the need for information on internally displaced persons (IDPs) and refugees and the need to establish a reliable data collection system, the International Organization for Migration (IOM) deployed the Displacement Tracking Matrix (DTM) in July 2019, in partnership with the Secretariat of the National Council for Emergency Relief and Rehabilitation (SP CONASUR). 

The activities of DTM consist in conducting basic assessments and registering IDPs living in camps and host communities in Burkina Faso. The information collected through DTM, which includes basic assessments and IDP registration, will contribute to providing a comprehensive profile of IDP populations in Burkina Faso. They will be shared with all stakeholders and will enable the government and humanitarian partners to identify the needs of displaced populations in order to provide them with better assistance. In addition, DTM in Burkina Faso is also implementing Flow Monitoring projects. The purpose of this exercise is to collect information on the number, profiles and characteristics of travellers passing through areas of high mobility and key transit points.

In Burkina Faso, Flow Monitoring Points (FMPs) have been installed in Ouagadougou and Dori / Seytenga since February 2018, Kantchari in March 2018, and Faramana and Yendéré since April 2018. Flow Monitoring consists of two implemented tools: 1) a counting exercise (Flow Monitoring Registry), during which the number, the demographic characteristics, the origin and destination and the means of transport of the travellers are recorded; 2) an individual survey (Flow Monitoring Survey), which is an in-depth interview with a sample of travellers about their profile and their migration experience.

Depuis 2018, le Burkina Faso fait face à un nombre croissant d’attaques des groupes extrémistes ainsi que des tensions intercommunautaires qui ont dégénéré en attaques violentes entraînant des déplacements des populations à travers différentes régions du pays. Au même moment, la recrudescence de la violence dans la bande centrale du Mali, prenant la forme d’un cycle de représailles liés aux affrontements intercommunautaires entre pasteurs et agriculteurs, a contraint des milliers de personnes à fuir le pays et s’installer dans la région nord du Burkina Faso. En réponse au besoin d'informations sur les personnes déplacées internes (PDI) et réfugiés et face à la nécessité de mettre en place un système de collecte de données fiables, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a, en partenariat avec Secrétariat permanent des secours d’urgence (SP CONASUR), déployé la Matrice de suivi des déplacements (DTM) en juillet 2019.

Les activités du projet DTM, consistent à effectuer des évaluations de base et à enregistrer les personnes déplacées vivant dans des camps et dans des communautés hôtes au Burkina Faso. Les informations recueillies dans le cadre de la DTM, qui comprend des évaluations de base et l’enregistrement des personnes déplacées, contribueront à fournir un profil complet des populations de PDI au Burkina Faso. Elles seront communiquées à toutes les parties prenantes et permettront au gouvernement et aux partenaires humanitaires d'identifier les besoins des populations déplacées afin de leur fournir une meilleure assistance. Par ailleurs, la DTM au Burkina Faso met également en œuvre le Suivi des flux de populations. Cet exercice a pour but de recueillir des informations sur le nombre, profils et caractéristiques des voyageurs transitant par des zones de forte mobilité et lieux de transit clés.

Au Burkina Faso, des points de suivi des flux (FMP) sont installés à Ouagadougou et Dori/Seytenga depuis février 2018, Kantchari en mars 2018, et Faramana et Yendéré depuis avril 2018. Le Suivi des flux est composé d’un exercice de comptage (Flow Monitoring Registry), durant lequel sont enregistrés le nombre, les caractéristiques démographiques, la provenance et destination et les modalités de transport des voyageurs ; et d’une enquête individuelle (Flow Monitoring Survey), entretien approfondi avec un échantillon de voyageurs sur leur profil et leur expérience migratoire.

Reports