Round 6
Apr 01 2019
133,338
IDP Population
47,364
Returnees Population

Since 2014, the International Organization for Migration (IOM) has been working with the Government of Chad and other relevant partners to conduct displacement and flow monitoring across multiple provinces of Chad: Lac, Moyen-Chari, Logone Oriental, Borkou, Tibesti, Borkou and Ennedi Ouest.

The displacement dynamic analysis is rooted in the experiences of the 2011 response to the Libya crisis during which IOM supported more than 150,000 people arriving in northern Chad. Since then, numerous crises, including the Lake Chad Bassin crisis, the crisis in the Central African Republic and recurring displacement dynamics in Libya and Sudan have necessitated the development of a coherent approach to monitoring of migration flows to Chad. Most recently, the renewed interest in Chad as a transit and departure country for migrant flows towards Libya and potentially onwards to Europe, have inspired a new quality and coherence in IOM’s migration data management approach in Chad.

The Displacement Tracking Matrix (DTM) is an information management system that tracks and monitors the displacement and population mobility. It is designed to regularly capture, process, and disseminate various layers of information to provide a better understanding of the evolving needs of mobile populations, on site or en route both of forced displacement and other migration flows. Adapted from the global methodology, relevant DTM components are being carried out in targeted locations to facilitate displacement management, the delivery of immediate humanitarian services and emergency response, informing transition and durable solutions and development-centred policy.

Since its launch, DTM has grown to a fully integrated component of the national and sub-national humanitarian information management architecture, informing the Government of Chad and international response both humanitarian and developmental across the majority of sectors/clusters and as part of the commitment of the international community and the Government of Chad to the New Way of Working (NWOW) as part of the humanitarian-development nexus.

Depuis 2014, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a travaillé en partenariat avec le gouvernement du Tchad, parmi d’autres collaborateurs, afin de mener à bien des rapports sur le déplacement et les flux de mobilité des populations à travers les multiples régions du pays : Lac, Moyen-Chari, Logone Oriental, Borkou, Tibesti, Borkou et Ennedi Ouest.

L’analyse des dynamiques sur les déplacements s’appuie sur le retour des expériences qui ont suivi la crise de la Libye durant lequel OIM a porté son secours a plus de 150 000 personnes arrivant du Nord du Tchad. C’est ainsi, après le renouvèlement de nombreuses crises à l’intérieur de la République Centrafricaine, tel que la crise du Bassin du Lac Chad, couplé avec d’autres turbulences autour de la Libye et du Soudan, qu’une approche plus cohérente dans le suivi des flux de migrations venant du Tchad a été déterminé et mené. Plus récemment, l’intérêt envers le Tchad a de nouveau pris ampleur en tant que point de transit et de départ pour les migrants se dirigeant vers la Libye et potentiellement pour l’Europe. Ceci a depuis provoqué en OIM une attention plus particulière à une meilleure gestion des données en ce qui concerne le Tchad, tant bien dans la qualité que dans la cohérence de ce dernier.

La Matrice de Suivi des Déplacements (DTM, Displacement Tracking Matrix en anglais) est un système de gestion informatique qui cherche à tracer et à surveiller le déplacement et la mobilité d’une population. Conçue dans le but d’extraire, de saisir et de traiter régulièrement des couches de données, la DTM permet une meilleure compréhension des besoins changeant des populations mobiles stationnées ou en routes, dans le cas de déplacement forcé ou autre. Ajustée d’une méthodologie commune, sur le plan mondial de l’OIM, les caractéristiques qui définissent la DTM sont transposées dans les localités afin de ménager la gestion et livraison immédiate des services humanitaires et au déploiement des systèmes d’interventions d’urgences. Dans ce processus, la DTM informe le passage aux solutions durables, notamment centrée sur des politiques de développement.

Depuis son inauguration, la DTM est devenue un élément considérable et qui s’est intégrée sur le plan national et régional des systèmes de gestion informatiques humanitaires, permettant ainsi au gouvernement Tchadien et aux acteurs internationaux, dans le secteur humanitaire et de développement, de faire le lien entre les deux et d’établir une nouvelle méthode de pensée. Par conséquent, la DTM fait part à la communauté internationale d’un système qui sert à promouvoir cette méthode nommée « New Way of Working » (NWOW), cherchant à faire communiquer ces deux aspects.

Reports