Round 67
Jul 01 2020
287,496
IDP Population
651,649
Returnees Population

In 2012, the armed rebellion in the North as well as the coup constituted the main factors that plunged Mali in a state of socio-political instability and insecurity. This unstable situation has had consequences, both within and beyond the country’s borders. It has had an impact on neighbouring countries, namely Niger, Burkina Faso and Mauritania, through the displacement of almost half a million individuals.

More than seven years after the conflict, the internal displacement context in Mali remains complex and fluid. The Displacement Tracking Matrix (DTM) was launched in 2012 by IOM Mali to collect and provide reliable information on population movements and their needs to the humanitarian community, to ultimately enable partners to better assist displaced populations. In 2014, DTM was transferred to the government through the DNDS (Direction Nationale du Développement Social). IOM keeps funding and supervising DTM’s various activities in the field with the DNDS.

DTM’s activities in Mali are funded by the Japanese government, the Central Emergency Response Fund (CERF) and the Peace Building Fund (PBF).

En 2012, la rébellion armée au Nord et le coup d’État ont constitué les principaux facteurs qui ont plongé le Mali dans une instabilité sociale et politico-sécuritaire. Cette situation instable a eu des conséquences tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur, touchant également des pays limitrophes comme le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie par le déplacement forcé de près d’un demi-million de personnes. 

Plus de sept ans après le conflit, le contexte de déplacement interne au Mali reste complexe et fluide. 

La Matrice de Suivi des Déplacements (DTM, Displacement Tracking Matrix en anglais) a été lancée en 2012 par l’OIM Mali afin de collecter et de fournir des informations fiables sur les mouvements des populations et leurs besoins à la communauté humanitaire pour une meilleure assistance aux personnes déplacées. En 2014, la DTM a été transférée au gouvernement à travers la Direction Nationale du Développement Social (DNDS). L’OIM continue de financer et de superviser les différentes activités sur le terrain avec la DNDS. 

Les activités de la DTM au Mali sont financées par le gouvernement japonais, le Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) et le Fonds pour la consolidation de la paix (PBF). 

Reports