RDC —Dashboard de surveillance des flux - Maladie à Virus Ebola (03 au 28 février 2020)

Au cours du mois de février, un total de 38 457 mouvements ont été observés à travers six points de contrôle des flux : Lengabo, Pasisi, Pont Loya, Mubambiro, OPRP, et le port de Goma (Fig. 8). Ces emplacements ont été choisis stratégiquement pour la protection des grands centres de population et la surveillance transfrontalière et la mobilité entre les zones affectées et non affectées. Les données de l'OMS et du ministère de la santé montrent que deux zones de santé ont été touchées pendant la période, Mabalako et Beni ayant signalés un cas positif dans les 21 jours précédant la période évaluée soit du 11 janvier au 28 février 2020. Pendant cette période, les deux tiers (68%) des nouveaux cas confirmés ont été signalés dans les zones de santé de Beni et de Mabalako. Sur les 7 043 mouvements observés à destination, en provenance, en transit ou à l'intérieur des zones touchées, environ la moitié (53%) des mouvements identifiés étaient internes (i.e. à l'intérieur des zones affectées). La DTM a identifié 1 281 mouvements sortant des zones de santé touchées (18%) et 1 946 mouvements entrants vers les zones touchées (28%), tandis que 74 mouvements (1%) étaient des transits à travers les zones touchées, et le reste (53%) était interne (Fig. 1-B). La plupart des mouvements sortant des zones affectées sont partis de Beni (76%), tandis qu'une minorité a quitté la zone de santé de Mabalako (24%). Les principales destinations des voyageurs en provenance de Beni étaient vers les zones de santé de Mandima (37%), Bunia (22%), Komanda (11%) et Rwampara (9%). Ceux qui ont quitté Mabalako ont principalement indiqué Katwa (20%), Butembo (18%), Oicha (23%) et Komanda (10%) comme destination prévue. Un seul voyageur observé en provenance d'une zone affectée a informé que sa destination finale était hors de la RDC. Les voyageurs en provenance des zones touchées ont transités par 58 points (soit un taux de 5% du nombre total de voyageurs observés) dans des zones non touchées avant d’atteindre leurs destinations. Les motivations des voyages varient grandement selon le type de mouvement, les déplacements forcés dus au conflit semblent avoir joué un rôle disproportionné dans la motivation des mouvements vers les zones touchées, tandis que les migrations saisonnières motivaient de manière disproportionnée les mouvements sortants (Tableau 1-B). 

Contact

DTM DRC, iomdrcdtm@iom.int