Survey

Mali Rapport de Déplacement (Octobre 2020)

La crise sécuritaire que le Mali a connu en 2012 a provoqué d’importants déplacements de populations tant à l’intérieur du territoire que vers les pays limitrophes. Afin d’orienter la réponse humanitaire et de faciliter le retour et la réintégration des personnes déplacées internes (PDIs) et des réfugiés, la Direction Nationale du Développement Social (DNDS), fournit depuis décembre 2014 des informations à l’ensemble de la communauté humanitaire et aux pouvoirs publics afin de répondre aux besoins des populations déplacées, retournées et rapatriées au Mali. Les opérations de collecte et de mise à jour des données menées dans le cadre du programme DTM montrent une augmentation du nombre de personnes déplacées au Mali entre juillet et octobre  2020. La population déplacée dans la région a augmenté de 8,2% par rapport à juillet (rapport DTM de juillet 2020). Le nombre de PDIs est en effet passé de 287 496 personnes (rapport DTM juillet 2020) à 311 193 en octobre 2020 soit une augmentation de 23 697 individus. Cette augmentation s’explique par l’aggravation des conditions sécuritaires dans les Régions de Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Ménaka au cours des derniers mois, engendrant de plus en plus de déplacements.

Thailand — Rapid Assessment: COVID-19 Related Vulnerabilities and Perceptions of Non-Thai Populations in Thailand Round 3 (November 2020)

In light of the outbreak of COVID-19 in Thailand, migrants and non-Thai populations, irrespective of their legal status, face a new set of challenges and vulnerabilities. The stringent movement restrictions and temporary disruption of many income-generating activities pose a significant burden on migrants and non-Thai populations employed in both the formal and informal sectors. With limited or no access to technology, limited capacity to cope and adapt, little or no savings, inadequate access to social services, and uncertainty about their legal status and potential to access healthcare services, tens of thousands of migrants and non-nationals left Thailand in the first weeks of the pandemic. However, the extent to which these challenges and vulnerabilities were affecting migrant communities and non-Thai nationals who opted to remain in Thailand, or had no choice but to remain in Thailand, was unknown. It was also unclear whether migrant communities and non-nationals were receiving sufficient information about COVID-19 or had access to the resources which would allow them to maintain the hygiene and sanitation standards required for effective protection. To fill this data gap and inform possible responses, IOM initiated a data collection exercise to collect information on the COVID-19 knowledge and related vulnerabilities of non-Thai populations in Thailand.

Contact

DTM Thailand (dtmthailand@iom.int)

Methodology

Survey

Guinée — Rapport sur les conditions des orpailleurs étrangers en Guinée: Préfecture de Siguiri (Octobre 2020)

L’OIM a mis en œuvre une évaluation rapide dans les zones affectées par ce phénomène en vue de connaitre les conditions de vie des migrants étrangers orpailleurs et les zones concernées par le rapatriement d'étrangers orpailleurs. Ce rapport présente les résultats des évaluations menées en octobre 2020 dans les sites se trouvant dans les sous préfectures de Bankon, Kintinian, Doko et Niagassola. Les données ont été collectées en octobre 2020 dans la préfecture de Siguiri (Guinée) auprès d’orpailleurs étrangers sur les sites d’orpaillage, de membres des communautés d’accueil, des autorités locales et des chefs de sites d’orpaillage (Tombolomas, propriétaires de sites).

Contact

Djiguiba Camara, DCamara@iom.int

Methodology

Other Survey

Human Mobility in the context of Environmental and Climate Change: Assessing current and recommended practices for analysis within DTM

The objective of this document is to provide the readers with a better understanding of how DTM can contribute to data gathering and analysis on human mobility in the context of environmental degradation, climate change and disasters, and help address relevant policy and operational questions.

The paper formulates recommendations for DTM practitioners to improve tools and explore new analytical approaches to allow IOM to be at the forefront in this  field, that is and will be increasingly relevant for programme design and implementation, national governance, regional cooperation, and the achievement of global objectives related to climate change, migration and sustainable development.

Through a critical analysis of current DTM practices and drawing lessons from previously undertaken data collection work, the paper assesses DTM current contributions, relevant challenges and opportunities for understanding human mobility in the context of environmental degradation, climate change and disasters. This introspective process serves to highlight opportunities to improve current tools and practices, as outlined in a set of targeted recommendations.

Finally, this paper identifies possible options for more advanced analyses that could be carried out by taking into consideration external sources of data, such as publicly available meteorological, climatic and environmental databases, alongside information collected through DTM. The thematic paper thus seeks to assist practitioners in considering more consistently environmental factors in the context of population movements, and to apply an analytical lens focused on this intersection when interpreting data.

For the purpose of this paper, DTM practices and MECC-specific studies ranging from 2014 to 2019 were analysed.

Contact

DTM AKO Unit, dtmlondon@iom.int

Lao PDR — COVID-19-Related Vulnerabilities And Perceptions Of Non-Lao Populations in the Lao People's Democratic Republic

As the COVID-19 outbreak continues to evolve, early evidence suggests that the pandemic disproportionately impacted poor and vulnerable groups.1 Migrants often lack access to social protection and healthcare services in destination countries, with reasons including but not limited to language barrier, migration status, and personal finances. Over the years, the non-Lao population has increased from an estimated 45,438 in 2015 to 48,275 in 2019. This figure includes 41,894 from neighbouring countries in the GMS.2 It is estimated that migrants currently constitute 1 percent of Lao People’s Democratic Republic’s total labour force.3 A growing economy, coupled with demographic trends including an ageing population and declining birth rate, are key factors that drive demand for labour migration. Due to movement restrictions, limited access to information related to COVID-19 and fears about COVID-19 exposure, the vulnerabilities of these migrants are likely to be compounded during the pandemic.

Contact

IOM LAO PDR , kho@iom.int

Thailand — COVID-19-Related Vulnerabilities and Perceptions of Myanmar Migrants in Mueang Ranong District, Ranong Province, Thailand

From 25 July to 5 August 2020, IOM surveyed 164 Myanmar migrants in the Mueang Ranong district of Ranong province in order to better understand their situation and vulnerabilities following the outbreak of COVID-19 in Thailand. The survey focuses on six thematic areas: 1) Migrant profiles; 2) Drivers of migration; 3) Employment; 4) Impacts of COVID-19; 5) COVID-19 related vulnerabilities; and 6) Return intentions.

Contact

DTM Thailand, dtmthailand@iom.int

Methodology

Survey Migration Flows

Libya — A Long Way from Home – Migrants’ housing conditions in Libya (23 Nov 2020)

Housing is a basic human need and is central to social, emotional and economic well-being. Housing is closely tied to the way migrants and host populations live, organize their lives and their sense of security. As of September 2020, over 584,000 migrants were in Libya residing in a variety of housing arrangements including rented apartments, migrant guest houses and accommodation provided by employers. The benefits of adequate housing are undeniable and include potential improvement to mental and physical health, livelihoods, living standard, welfare and the environment and also promote inclusive and active participation in social and economic activities.

The findings of this survey confirm that employment and economic status, migration intentions as well as gender are factors that appear to lead to increased difficulty in accessing and securing adequate housing. The precarious employment situation and marginalization in the labour market of some respondents seems to affect their access to decent accommodation. In turn, living in inadequate housing can lead migrants to be exposed to unhealthy, unsafe and exploitative housing circumstances increasing their overall level of vulnerability. In addition, disability appears to be a barrier to inclusion and accessing adequate housing

Overcrowding was a substantial challenge across accommodation settings examined in this study, particularly for migrants living in collective housing. Correspondingly, across many indicators, those living in crowded spaces fared worse along adequate housing dimensions employed as analytical framework.

Contact

DTM Libya, DTMLibya@iom.int

Methodology

Survey

Sénégal — Rapport de recherche — L'endettement des migrants de retour et l'impact sur le réintégration durable au Sénégal (Octobre 2020)

La plupart des migrants de retour au Sénégal sont endettés. Ils ont contracté des prêts soit pour financer leur parcours migratoire, soit pour couvrir des frais personnels et professionnels. Ces prêts créent des contraintes financières et morales qui déterminent leur capacité à participer à la vie économique et sociale dans leur pays d’origine. Cette étude a pour objectif de comprendre les mécanismes de l’endettement des migrants de retour et ses impacts sur la réintégration. Ce rapport vise en particulier à: 1) Comprendre les différents processus d’emprunt, leurs caractéristiques, et comment ils affectent la migration et le retour dans le pays d’origine 2) Identifier les contraintes et opportunités socioéconomiques qui déterminent les possibilités de réintégration au Sénégal et 3) Conseiller les gouvernements et partenaires nationaux sur les manières de renforcer les structures existantes afin de stabiliser la situation financière et sociale des migrants de retour. L’étude s’est appuyée sur une combinaison de collectes de données quantitatives et qualitatives, efffectuée entre décembre et juin 2020. Pour cela, 358 migrants de retour au Sénégal, assistés par l’OIM ont été enquêtés et huit entretiens ont été menés avec des informateurs-clés. Les participants se situaient à Dakar, Kolda, Tambacounda et Sédhiou, où le nombre de migrants de retour est important.

Contact

RODakar-DataResearch@iom.int

Methodology

Other Survey

Mali — Rapport de recherche — L'endettement des migrants de retour et l'impact sur la réintégration durable au Mali (Octobre 2020)

La migration de retour est un phénomène qui a pris de l’ampleur au Mali avec l’insécurité croissante de la région, la dangerosité des routes migratoires caractérisées par la traversée de la mer Méditerranée ou du désert du Sahara, le renforcement des contrôles aux frontières et par les risques grandissants de protection en Libye. Or les rapports sur les profils sociodémographiques des communautés de retour révèlent que le niveau des dettes des migrants de retour a un impact significatif sur les processus de réintégratio. C’est l’impact de l’endettement des migrants de retour sur leur réintégration durable au Mali qui est au coeur de cette étude. Celle-ci a pour objectif spécifique de: 1) Comprendre par quels mécanismes les migrants de retour ont contracté des dettes, quels acteurs sont impliqués dans le processus, à quelles étapes de leur voyage le long des routes migratoires, et comment cela influe sur leur processus de réintégration ; 2) Comprendre qui contracte les dettes, sous quelles formes, dans quel contexte et sous quelles circonstances, afin de mieux comprendre les besoins et les vulnérabilités des individus avant et pendant leur parcours migratoire ; 3) Informer les autorités gouvernementales et les partenaires nationaux sur la manière de doter les migrants de structures et de mécanismes plus solides pour leur réintégration financière. Cette étude est le résultat d’une approche de méthode mixte combinant des collectes de données quantitatives (questionnaires) et qualitatives (entretiens). Des enquêtes individuelles ciblant des migrants de retour au Mali ayant bénéficié de l’assistance de l’OIM, effectuées entre le 17 février et le 2 mars 2020, et des entretiens avec des informateurs clés ayant des relations avec ces migrants, et en capacité de fournir des éléments d’observation et d’analyse, tenus entre le 10 juin et le 17 juillet 2020, ont permis d’avoir une meilleure compréhension de l’impact de l’endettement sur la réintégration durable des migrants de retour au Mali.

Contact

DTM Mali, DTMMali@iom.int

Methodology

Other Survey

Guinée — Rapport de recherche — L'endettement des migrants de retour et l'impact sur la réintégration durable en Guinée (Octobre 2020)

Les coûts imprévus et les risques liés à la migration irrégulière dissuadent certains migrants qui décident de rentrer dans leurs pays d’origine. Un facteur en particulier va influencer significativement les conditions de réintégration du migrant de retour : il s’agit de son endettement. En effet, le remboursement des montants empruntés va exercer une pression sur les ressources économiques des migrants de retour et de leur famille. La présente étude cherche donc à : 1. Mettre en lumière les montants, les mécanismes et les temporalités des différents types de prêts financiers effectués par les migrants, ainsi que sur les dimensions psychosociales et culturelles de la dette, et leur impact sur la réintégration durable des migrants de retour. 2. Avoir une meilleure compréhension des conditions de vulnérabilité consécutives aux prêts, et quels sont les différents acteurs de la dette. 3. Informer les autorités nationales et internationales, ainsi que les différents acteurs et partenaires sur les mécanismes et les impacts de la dette afin d’assurer une meilleure réintégration des migrants à la suite de l’échec d’un projet migratoire. La présente recherche est le résultat d’une approche de méthode mixte combinant des collectes de données quantitatives (questionnaires) et qualitatives (entretiens). La collecte des données quantitatives a pris place du 17 au 26 février 2020, et a couvert les 8 régions administratives du pays dans le souci de recueillir l’ensemble des particularités socio-culturelles nationales.

Contact

RO-DataResearch@iom.int

Methodology

Other Survey