RDC — Nord Kivu: Suivi des urgences (novembre 2022)

La situation humanitaire dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo est restée critique depuis le début des combats entre l'armée congolaise et les combattants présumés du M23 en mars dernier. La poursuite des combats dans le territoire de Rutshuru depuis octobre 2022 a entraîné des déplacements internes et transfrontaliers massifs et la prise de contrôle par les combattants présumés du M23 d'une grande partie du territoire de Rutshuru, entraînant le déplacement de plus de 230 000 personnes (rapport d’analyse de crise). Le 14 novembre 2022, les affrontements se sont intensifiés dans le territoire de Rutshuru, sur l'axe Nyamilima - Ishasha, dans le groupement de Binza, sur l'axe Tongo-Kitchanga et Tongo-Bambo, et dans le groupement de Kibumba dans le territoire de Nyiragongo, avec une certaine avancée du groupe M23 de Kanaba vers Kitchanga. Cette situation a entraîné des déplacements de population ainsi que des déplacements secondaires préventifs de la population des centres collectifs et sites de déplacement de Tongo, en particulier Kabizo et Kanaba, désormais vidés de leur population.

La majorité de ces ménages déplacés de Tongo, Kanaba, Murimbi, Kabizo, et Busenene dans le groupement de Tongo, se sont dirigés vers les centres collectifs et les communautés d'accueil dans les villages de Kirumba, Kyaghala, Mutanda, Kagando, Buhambi, Butare, Bambo, Kikuku, Kishishe, Nyanzale, Kibirizi, Bwalanda dans le groupement de Mutanda et Bambo dans la chefferie de Bwito, territoire de Rutshuru, et dans les villages de Bishusha, Mweso et Kitshanga dans le groupement de Bashali Mokoto dans la chefferie de Bashali, territoire de Masisi. Ceux de l’axe Nyamilima- Ishasha, dans le groupement Binza, se sont dirigés vers Ishasha et l'Ouganda. Tandis que ceux de Kibumba et ses environs continuent à se diriger vers Kanyaruchinya sur l'axe Nyiragongo-Goma.

Les mouvements de population restent dynamiques au sein des territoires de Rutshuru, Nyirangongo, et Lubero et évoluent en fonction du contexte sécuritaire. L'expansion des combattants présumés du M23 dans de nouvelles zones rend les déplacés plus instables et provoque de nouveaux déplacements ainsi que des déplacements secondaires ou tertiaires, ce qui accroît les vulnérabilités de la population affectée, augmente les besoins et accentue les risques de Protection, en particulier pour les groupes les plus vulnérables.

Contact

DTM Support — iomdrcdtm@iom.int