Mauritanie — Mali Rapport sur le suivi des mouvements transhumants ( Juillet 2022 - Août 2022)

27 Oct 2022 Mauritania Download

Ce rapport présente les principaux résultats obtenus lors de la collecte de données sur les mouvements de transhumance entre le 15 juillet et le 15 août 2022, à travers l'outil de suivi des mouvements de transhumance de l’OIM (enquêtes détaillées et système d’alertes). L’Organisation Internationale pour les Migrations, en partenariat avec les groupements pastoraux (GNAP et TASSAGHT) en Mauritanie et au Mali, a mis en œuvre ces outils au niveau de 12 localités de forte mobilité et de concentration de transhumants transfrontaliers, situées entre le Mali et la Mauritanie.

Durant la période de collecte de données, les transhumants observés au niveau de la frontière entre le Mali et la Mauritanie se déplaçaient du Mali vers la Mauritanie et du Sénégal vers la Mauritanie. Cette tendance s’explique par le fait que cette période coïncidait avec le début de la saison agricole au niveau du Mali. De ce fait, les transhumants Maliens et Sénégaliens pour éviter les conflits avec les agriculteurs se déplacent vers la Mauritanie disposant en moment de pâturage sur de large espace.

La grande majorité des transhumants interviewés dans les points de collecte de données, était de nationalité malienne (59%) et mauritanienne (36%). Les principales zones de départs sont entre autres les régions de Koulikoro (40%), Kayes (31%) au Mali, et Hodh Ech Chargi en Mauritanie (15%). Ils se dirigeaient essentiellement vers les régions de Hodh Ech Chargi (56%) et Assaba (23%) en Mauritanie.

Les conditions et l’environnement de voyage font que la transhumance est réservée aux plus jeunes. En effet, 64 pour cent des transhumants sont dans la tranche d’âge 18-45 ans. L’âge moyen de la population transhumante enquêtée sur l’axe transfrontalier mauritano-malien était de 40 ans. En ce qui concerne le niveau d’éducation, les résultats montrent que la majorité des transhumants enquêtés (44%) n’ont pas fréquentés une école. La grande majorité des transhumants enquêtés (87%) sont propriétaires des troupeaux qu’ils accompagnent dans   leur mouvement de transhumance.

Le système d’alerte précoce sur les mouvements de transhumance pour une meilleure prévention et gestion des conflits liés à la transhumance mis en place dans le cadre de ce projet a enregistré 73 alertes dans les deux pays à entre le 15 juillet et le 15 août 2022. Ces alertes étaient constituées de 33 alertes de type mouvements massifs de troupeaux (principalement du Mali vers la Mauritanie) et de 40 alertes de type évènements conflits agro-pastoraux, vols de bétail, cas de maladies, pluies diluviennes et conflits entre agriculteurs). 90 pour cent des conflits enregistrés ont été résolu grâce à l’intervention des autorités locales et villageois. Les comités villageois ont été impliqués dans 75 pour cent des conflits.

 

Contact

DTM Mauritania, DTMMauritania@iom.int